Chiendent

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter ! Vous resterez ainsi informé des actualités du Laboratoire Médiflor.

Newsletter


CONTACTEZ-NOUS

Toute l'équipe du Laboratoire Médiflor est à votre écoute pour vous satisfaire. Pour nous contacter, utilisez le formulaire.

CONTACTEZ-NOUS


MEDIFLOR A VOTRE ÉCOUTE

Pour plus d'informations, un pharmacien est à votre écoute tous les matins de 9h à 12h30 et le lundi après-midi de 14h à 17h30 au 0 810 110 126 (prix d'un appel local).

Chiendent

Nom latin : Agropyrum repens

Le chiendent est une graminée vivace de 30cm à 1m de haut apparentée au blé, particulièrement envahissante dans les jardins et les cultures : il est considéré comme une « mauvaise herbe ». Il pousse à peu près partout dans le monde… comme du chiendent. Entre ses feuilles longues et aiguës s’épanouit une fleur verte en épi. Son rhizome traçant, très long, est utilisé en phytothérapie.


Un peu d'histoire…

Les médecins de l’Antiquité grecque vantaient déjà les vertus diurétiques du chiendent et l’indiquaient pour « dissoudre » les calculs urinaires1. Au XVIIe siècle, on lui prêtait la capacité de « rafraîchir l’organisme »2. Il est resté très populaire en Europe dans les médecines traditionnelles pour ses bienfaits sur l’appareil urinaire et contre la goutte.


Usage et indications

Le chiendent est employé pour son action dépurative et diurétique en cas d'inflammation et de troubles urinaires.


Composition et preuves scientifiques d’action

Le constituant principal du chiendent est un polysaccharide, la tricitine, qui s’hydrolyse en mucilages, saponines, mannitol et inositol, huiles essentielles, silice, potassium… Son action diurétique est largement reconnue par la pratique empirique, mais peu d’études cliniques ont été menées pour mesurer son action. Toutefois, une étude sur l’animal a bien mis en évidence une action positive sur les lithiases urinaires3.



Pour information, les propriétés attribuées aux plantes ne sont validées que dans certaines conditions (dosage en principe actifs, partie de la plante utilisée, type d'extrait...) et ne peuvent pas être appliquées à tous les produits en contenant.

1Précis de phytothérapie, éd. Alpen
2G. Debuigne, François Couplan : Petit Larousse des plantes qui guérissent, Ed. Larousse, 2006
3Grases F, Ramis M, Costa-Bauza A, March JG. : Effect of Herniaria hirsuta and Agropyron repens on calcium oxalate urolithiasis risk in rats. J Ethnopharmacol . 1995;45:211-214.